La notion d’amortissement pour les artisans

La notion d'amortissement

La notion d'amortissement pour le BTP

L’amortissement est un terme comptable qui définit la perte de valeur d’un bien immobilisé de l’entreprise, du fait de l’usure du temps ou de l’obsolescence. 

Fiscalement parlant, la dépréciation des éléments de l’actif immobilisé de l’entreprise constitue pour celle-ci une perte de substance, enregistrée par la comptabilité.

 Les amortissements ne sont déductibles de l’impôt que dans la mesure où ils : 

  • portent sur des éléments de l’actif immobilisé soumis à dépréciation du fait de l’usage et du temps,
  • correspondent à la dépréciation effective subie par ces éléments,
  • sont calculés sur les durées prévues par la réglementation applicable (durée réelle d’utilisation, durée d’usage),
  • sont effectivement constatés en comptabilité. 

La période d’amortissement, et son taux, sont fonction de la durée de vie utile normale des actifs d’une entreprise.

Cependant, dans certains cas, il peut être amorti sur une plus courte période : 

  • Un amortissement accéléré est possible lorsque des conditions d’exploitation particulières sont justifiées et indiquent que la durée d’utilité réelle de l’élément est susceptible d’être inférieure à sa durée d’utilité normale

  • Des réductions de valeur peuvent être appliquées pour faciliter le développement de certains actifs définis par la loi (tels que les logiciels, les appareils économes en énergie, la conformité des hôtels, cafés et restaurants) afin de favoriser leur développement.

  • Les biens d’occasion acquis ou apportés en nature par la société lors de sa constitution sont amortis à un taux basé sur sa durée d’utilité prévue et peuvent être évalués au moment où les biens sont achetés ou investis.

  • L’amortissement est généralement calculé à partir du coût d’acquisition brut (ou de la valeur d’apport dans ce cas) de l’actif. Certains produits (comme les automobiles) peuvent avoir un plafond sur la base de calcul de l’amortissement.

Eléments amortissables Eléments non amortissables
Immobilisations incorporelles : Immobilisations incorporelles :
Frais d'établissement (sur 5 ans) Brevets, licences (sur la durée de protection ou sur la durée effective d’utilisation si elle est inférieure). Par tolérance, l’administration fiscale admet un amortissement sur une durée de 5 ans, si la même durée d’amortissement est retenue en comptabilité) Immobilisations incorporelles : Fonds de commerce, Droit au bail
Immobilisations corporelles Immobilisations corporelles
Constructions (20 à 50 ans) Installations techniques (5 à 10 ans) Outillage (5 à 10 ans) Agencements, aménagements (10 à 20 ans) Matériel de transport (4 à 5 ans) Matériel de bureau, mobilier (5 à 10 ans) Micro-ordinateurs (3 ans) Terrains, Œuvres d'art

Les deux méthodes d'amortissement

Les 2 principaux modes d’amortissement fiscalement admis sont :

  • L’amortissement linéaire, qui est le régime de droit commun

  • L’amortissement dégressif, réservé à certaines catégories de biens

L'amortissement dégressif

Pour favoriser l’investissement des entreprises, ce mode d’amortissement permet de pratiquer des charges d’amortissement plus importantes les premières années.
Toutefois, l’amortissement est réservé aux biens neufs d’une durée d’utilité supérieure ou égale à 3 ans, appartenant à l’une des catégories de biens définies à l’article 39A du Code général des impôts.
Le taux d’amortissement dégressif est obtenu en multipliant le taux d’amortissement linéaire par un facteur qui varie en fonction de la période d’amortissement fiscal (c’est-à-dire la durée de vie réelle et autrement utile du composant). 

  • durée normale d’utilisation égale à 3 ou 4 ans : 1,25
  • durée normale d’utilisation égale à 5 ou 6 ans : 1,75
  • durée normale d’utilisation supérieure à 6 ans : 2,25

La méthode de l’amortissement dégressif est appréciée par les nouvelles entreprises, car elle leur permet de déduire plus d’argent au cours des premières années d’exploitation. Ils minimisent le montant de l’impôt à payer pendant cette période encore instable lorsque l’objectif principal est de fournir de l’argent.

L'amortissement linéaire

Consiste à déterminer une charge d’amortissement constante sur la durée de vie d’un actif.

Cette annuité est calculée en appliquant un taux d’amortissement basé sur la durée de vie utile de l’actif au coût de l’élément amorti.

L’amortissement comptable enregistre une diminution permanente de la valeur d’un bien. Elle est liée à son utilisation, au passage du temps ou au développement de la technologie. L’amortissement vous permet de compenser cette dépréciation par compensation avec les résultats annuels. Par exemple, une voiture achetée 20 000 € est amortie sur 5 ans. Cela équivaut à une charge d’amortissement de 4 000 euros par an.

L'amortissement comptable

L’amortissement concerne la perte de valeur d’un bien immobilisé, qui sont des actifs détenus par l’entreprise (indiqués au bilan) et doivent répondre à certains critères

  • Durée d’utilité supérieure à 1 an (la durée d’utilité est définie par la planification financière générale, en fonction du type d’actif amorti)

  • Comptabiliser une valeur d’au moins 500 euros HT

Calcul de l'amortissement

Une entreprise doit enregistrer la charge d’amortissement de chaque immobilisation, c’est-à-dire la charge d’amortissement de chaque actif au cours de chaque exercice.

Elle tient à jour un tableau indiquant les divers frais d’amortissement pour l’exercice.

Le total est fiscalement déductible. Il intègre le compte de résultat et il influe sur les valeurs inscrites au bilan.

Le mode d’amortissement linéaire avec valeur résiduelle

Années exercices Valeur nette comptable début exercice VNCDE base amortissement amortissement cumul des amortissements Valeur nette comptable fin exercice VNCFE
N 12 000 10 000 2 500 2 500 9 500
N+1 9 500 10 000 2 500 5 000 7 000
N+2 7 000 10 000 2 500 7 500 4 500
N+3 4 500 10 000 2 500 10 000 2 000

Amortissement de chaque année N : 10000x(25/100) ou (10000/4)=2500 euros

VNCFE = Coût d’acquisition HT du bien – Cumul des amortissements

VNCFE = VNCDE-Amortissement

5/5 - (1 vote)

Un comptable, un expert-comptable, du conseil

Nos valeurs sont simples : être disponible, réactif et proche de vous ! Nos prestations sont complètes et tout-en-un, pas de surprise, on vous accompagne tout le long du développement de votre entreprise et pas seulement dans les écritures comptables.

conjoint collaborateur

La réforme du statut du conjoint collaborateur : les changements en vigueur

Le conjoint collaborateur peut bénéficier des plans de formation et d'épargne d'une entreprise. Votre propriété est protégée.
Découvrir →
aide-entreprise-btp 22

Les aides à la création d’entreprise dans le BTP en 2022

La création d'une entreprise comprends de multiples étapes comme le choix de sa forme juridique ou encore de son immatriculation.
Découvrir →
créer son entreprise dans l'installation de chauffage et pompe à chaleur

Comment créer son entreprise d’installation de pompe à chaleur/chauffage ?

Découvrez les étapes essentielles pour démarrer une entreprise d'installation de chauffage et de pompes à chaleur avec succès.
Découvrir →